Denis Geraads - Directeur de recherche au C.N.R.S.
Membre de l' UPR 2147 "Dynamique de l'Evolution Humaine : Individus, Populations, Espèces"

Publications


Mes recherches portent sur les divers aspects, paléoécologique, biochronologique et biogéographique, de l'environnement animal des Hominidés et Hominoïdes fossiles, depuis le Miocène moyen et supérieur (de 14 à 5 Millions d'années environ) jusqu'au Plio-Pléistocène (de 4 à 1 Ma.), en Méditerranée orientale (Bulgarie, Turquie, Grèce), au Maghreb et en Afrique centrale et orientale.
En Bulgarie, je collabore depuis 1999 avec Nikolaï Spassov du Muséum National d'Histoire Naturelle de Sofia à un projet visant à reconstituer l'évolution des environnements de Bulgarie au cours du Miocène supérieur et du Pliocène. Ce programme inclut à la fois l'étude des collections provenant des sites de Kalimantsi et Hadjidimovo dans le Sud Ouest du pays (vallées de la Mesta et de la Struma), qui comptent parmi les plus riches de la région, et une prospection et des fouilles dans de nouvelles localités (Kocherinovo, Ilindentsi). Dans le Pliocène, nous avons montré l'existence d'une nouvelle espèce de Primate cercopithécoïde. Dans le Miocène supérieur, nous avons mis en évidence la présence d'un Hominoïde, le premier signalé à cette période en Bulgarie, étendant ainsi le domaine de répartition de ce groupe en Méditerranée orientale.
 
Fouille à Gorna Sushitsa - © D.Geraads
Fouille à Gorna Sushitsa
Carrière de Tenevo et mandibule de Dolichopithecus
Carrière de Tenevo et mandibule de Dolichopithecus
Fouille à Strumyani - © D.Geraads
Fouille à Strumyani

faune d'Ahl al Oughlam - © D.Geraads

faune d'Ahl al Oughlam
 
En Afrique du Nord, j'ai surtout travaillé au Maroc, en collaboration avec la "Mission Littoral" dirigée par J.-P.Raynal (Université de Bordeaux) et l'Institut National des Sciences de l'Archéologie et du Patrimoine de Rabat. Je fouille depuis plus de 10 ans un site d'importance primordiale, Ahl al Oughlam, le plus riche gisement paléontologique du Maghreb, daté d'environ 2,5 millions d'années. Ce remplissage de fissures, situé dans la banlieue de Casablanca, a livré une très riche faune (près de 100 espèces) comprenant poissons, reptiles, une grande variété d'oiseaux, et des Mammifères de toute taille, des Rongeurs et Chauves-souris aux Mastodontes, en passant par un assemblage très diversifié de Carnivores. Cette faune est comparable à celle des grands gisements contemporains d'Afrique Orientale, ce qui montre l'absence de barrière saharienne à cette époque, mais l'Homme en est absent, et il était donc probablement encore cantonné à l'Afrique de l'Est et du Sud à la fin du Pliocène.
 
site d'Ahl al Oughlam - © D.Geraads
site d'Ahl al Oughlam
Dans le même cadre, je travaille sur la faune de plusieurs autres sites marocains à Homo mauritanicus, carrière Thomas, grotte des Rhinocéros à Oulad Hamida, et sur plusieurs sites plus récents, Djebel Irhoud, Oulad Hamida 2, Dar Bouazza.
 
La Grotte des Rhinocéros; crâne de Rhinocéros et mandibule de lynx - © D.Geraads
La Grotte des Rhinocéros; crâne de Rhinocéros et mandibule de lynx
Biochronologie Maroc - © D.Geraads

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Algérie, mes travaux ont porté en particulier sur la biochronologie de divers sites pléistocènes, dont celui de Mansourah, l'un des plus anciens témoins de la présence humaine en Afrique du Nord.

 

Mansourah - © D.Geraads
Mansourah


La révision de toutes ces faunes m'a permis d'établir une échelle biochronologique du Plio-Pléistocène d'Afrique du Nord.

En Tunisie, j'ai exploité plusieurs sites du Miocène supérieur dans le Djebel Krechem, et révisé la chronologie de sites du Miocène supérieur nord-africains.

J'ai également abordé l'Afrique du Nord sous l'angle biogéographique, analysant à la fois ses relations tant avec le reste de l'Afrique qu'avec l'Eurasie.

 
Analyse factorielle	des faunes	de rongeurs - © D.Geraads

Analyse factorielle des faunes de rongeurs
crâne de Suidae d'Asbole - © D.Geraads
la région de Dikika
 

 

 

En Ethiopie, je participe, depuis sa mise en place en 1999, au Dikika Research Project qui exploite, sous la direction de Zeresenay Alemseged, les sédiments pliocènes de la Formation de Hadar au sud du site éponyme. Plusieurs restes d'Hominidés y ont été découverts dont, en 2001, un squelette partiel de jeune Australopithecus afarensis, "Selam". Sur la rive gauche de l'Awash, des sédiments pléistocènes ont livré des faunes riches en Primates.

le site de Dikika 2 et le plus ancien Australopithecus de la Formation de Hadar - © D.Geraads
le site de Dikika 2 et le plus ancien Australopithecus de la Formation de Hadar
 
le crâne de Selam - © Max-Planck Institut
le crâne de Selam - © Max-Planck Institut
le site de Dikika 1 - © D.Geraads
crâne de Suidae d'Asbole
 
Dans la basse vallée de l'Awash toujours, j'étudie les faunes de Bovidés recueillies par l'équipe de Y. Haile-Selassie dans la région de Woronso-Mille.
Je poursuis par ailleurs l'étude de la faune des gisements archéologiques de Melka Kunturé, fouillés par J. Chavaillon et M. Piperno, qui s'échelonnent de l'Oldowayen jusqu'au MSA. Nous avons également fouillé le site miocène supérieur de Chorora, qui illustre la partie la plus ancienne des sédiments de la vallée de l'Awash. Ce site a livré l'une des rares faunes de grands Mammifères connues à cette époque en Afrique orientale, et surtout une abondante collection de microfaune, qui contribue à élucider les relations biogéographiques de cette province.
 
Rongeurs de Chorora - © D.Geraads
Rongeurs de Chorora
Analyse spatiale sur les Bovidés de l'Omo  - © D.Geraads
Analyse spatiale sur les Bovidés de l'Omo
 
A l'Omo, nous avons étudié, avec Z. Alemseged et Y. Coppens, le crâne d'Australopithèque du site Omo 323, qui pose le problème délicat de la distinction entre Australopithecus boisei et Australopithecus aethiopicus. Nous y avons aussi mis en évidence avec Y. Coppens l'existence d'un changement faunique majeur vers 2,3 Ma., en tentant d'interpréter les paléoenvironnements à partir de la nature des associations de taxons et nous avons poursuivi un travail similaire avec Z. Alemseged et R. Bobé.
Au Tchad, M.Brunet et son équipe ont découvert les premiers Australopithèques à l'Ouest de la vallée du Rift, puis l'un des plus anciens Hominidés, Sahelanthropus. Les gisements s'échelonnent sur plusieurs millions d'années, couvrant la plus grande partie de l'histoire humaine. Les Bovidés, bons indicateurs du paléoenvironnement, permettent de retracer l'évolution des milieux dans cette partie de l'Afrique Centrale. Ils y attestent un certain isolement par rapport aux régions plus orientales, et confirment en revanche l'existence de liens privilégiés avec l'Afrique du Nord.
 
Antilope associée à Sahelanthropus - © D.Geraads
Antilope associée à Sahelanthropus

 

Autres travaux de terrain:

En Tanzanie, j'ai montré au lac Natron que l'Australopithecus boisei de Peninj était plus ancien qu'on ne le pensait généralement. En Ouganda, j'ai étudié avec H. Thomas les Ruminants récoltés par les missions de M. Pickford et B. Senut.

A Djibouti, j'ai prospecté et fouillé le Quaternaire avec L. de Bonis et J.-J. Jaeger, missions au cours desquelles a été découvert le premier homme fossile de ce pays, démontrant ainsi qu'il n'était pas resté à l'écart de l'aventure humaine.

En Turquie, nous avons achevé, en collaboration avec E.Güleç (Université d'Ankara) un programme d'étude sur le gisement miocène moyen à Griphopithecus de Çandir. Il visait notamment à déterminer l'âge et le paléoenvironnement de ceux qui sont parmi les premiers Hominidés au Nord de la Téthys, associés à des milieux ouverts (Bovidés à dents hypsodontes prédominants), qu'on ne trouve que plus tard en Europe.
Analyse factorielle sur les faunes de Turquie - © D.Geraads
Analyse factorielle sur les faunes de Turquie
Mise en évidence d'une zone plus humide (5) à l'emplacement des Dardanelles - © D.Geraads
Mise en évidence d'une zone plus humide (5) à l'emplacement des Dardanelles
 
Avec T. Kaya (Université d'Izmir), nous avons étudié plusieurs faunes du Miocène supérieur, dont celle de Yulafli, qui témoigne de la présence d'un milieu humide séparant à cette époque les provinces grecque et turque.
En Grèce, j'ai participé aux découvertes d' Ouranopithecus, peut-être le plus ancien Hominidé vrai, et étudié les faunes associées, à la suite de plusieurs missions de terrain dirigées par L. de Bonis.
En République de Macédoine (FYROM) nous avons récemment débuté, avec N. Spassov, une prospection et l'étude de collections du Miocène supérieur.
 
Prospection en Macédoine	(FYROM) - © D.Geraads
Prospection en Macédoine (FYROM)
J'ai enfin étudié des faunes miocènes et plio-pléistocènes dans plusieurs autres pays (France, Espagne, Israël, Afghanistan, Java).